Agoraphobie et phobie sociale

Imaginez-vous de nouveau assis sur votre canapé, mais cette fois, vous pensez avec terreur : « Il faut que j’aille à cette réunion / au supermarché / à l’épicerie du coin / poster ma lettre… J’ai horreur de sortir / Je n’y arriverai jamais / Je vais peut-être être malade / ou m’évanouir… » Que croyez-vous que de telles pensées déclenchent dans votre corps ? Exactement : une montée d’adrénaline. La peur véhiculée par ces pensées provoque une hyperventilation, puis une accélération du pouls, vous transpirez, et tous les sentiments que vous redoutez envahissent votre esprit. Pensez-y : cela arrive avant même que vous ayez bougé, quand rien ne vous menace réellement. Un grand spécialiste de l’hyperventilation, écrit que 60 % des agoraphobes sont des hyperventileurs, et que 60 % des hyperventileurs sont également agoraphobes. C’est visiblement le cas dans cette lettre adressée au courrier des lectrices d’un magazine, sous le titre « Je suis agoraphobe » : « La panique me rend dingue. Je ne suis pas sortie depuis une semaine. Rien qu’à l’idée de passer la porte de chez moi, ma respiration s’accélère et je flippe complètement ! ».  Je sais combien l’agoraphobie est frustrante et éprouvante, et parfois aussi handicapante que deux jambes cassées, mais songez à ceci : changer vos pensées ne pourrait pas faire disparaître des fractures, mais changer vos pensées peut faire cesser l’hyperventilation, peut faire cesser la panique, et peut vous guérir de l’agoraphobie. Donc, n’utilisons plus ce terme, et parlons plutôt de sentiments de panique à l’idée de sortir, parce qu’il ne s’agit pas d’autre chose. Certains parlent de « leur » agoraphobie et se sentent offensés lorsque je la démystifie. Ils préfèrent y penser comme à une maladie en soi plutôt qu’un symptôme de surstimulation nerveuse — chose dont la réparation demande un certain effort. Par bonheur, la plupart des gens sont surtout enchantés d’avoir enfin l’explication de leurs symptômes anxieux, et le sentiment qu’il est possible de les contrôler.

oui-je-veux-sauver-mon-couple