Arrêter de fumer (sevrage tabagique) et crise d’angoisse

Chez certaines personnes, la privation de nicotine provoque un syndrome de sevrage clairement défini. Cela n’a rien d’étonnant quand on sait que cette substance affecte de nombreux systèmes du corps, exactement comme l’héroïne, les anxiolytiques (tranquillisants) ou n’importe quelle autre drogue addictive. Les symptômes les plus courants sont sentiments d’anxiété et de dépression, crises de panique, irritabilité, maux de tête, pensées confuses, constipation, besoin de sucre, besoin de café, douleurs articulaires et musculaires.

Ceux qui ont essayé à plusieurs reprises d’arrêter de fumer connaissent bien ces symptômes. Ils savent même quels sont ceux qui surviendront dès la première semaine, au bout de combien de temps les douleurs articulaires se manifesteront, etc. Malheureusement, ils savent aussi avec quelle rapidité ces symptômes disparaîtront dès qu’ils recommenceront à fumer.

L’échec répété de l’arrêt du tabac a de nombreuses causes. La première est le manque d’information : lorsque les gens savent à quoi s’attendre et qu’ils sont certains que les symptômes finiront par disparaître, ils ont beaucoup plus de chances de réussir. Les chances de réussite seront encore améliorées s’ils préparent leur corps à ce traumatisme (car les erreurs peuvent entraîner des conséquences pour l’organisme).

Alors que faire si vous êtes pris au piège ? Si vous êtes un fumeur dépendant, votre taux de sucre dans le sang est probablement instable. Adaptez votre régime en conséquence. Si vous laissez votre taux de sucre sanguin baisser, vous avez dix fois plus de chances de redevenir accro à la cigarette. Gardez un sachet de graines de tournesol dans votre poche et, les premiers temps, mangez-en quelques-unes toutes les heures. Outre qu’elles renferment toutes sortes de bonnes choses, elles maintiendront votre taux de sucre à un niveau stable. Une autre façon de vous soigner par l’alimentation est de manger des aliments dont la digestion laisse un résidu alcalin dans le corps : les meilleurs aliments pour cela sont les légumes, surtout crus, et les fruits les moins sucrés. La recherche a montré que l’excès d’acidité dans le corps augmentait, entre autres inconvénients, le risque de dépendance à la nicotine.

oui-je-veux-sauver-mon-couple