Effet du dioxyde de carbone lié à l’anxiété et aux attaques de panique sur le cerveau

Dans une étude publiée en octobre 2007 dans une revue américaine, des chercheurs ont découvert que l’inhalation de dioxyde de carbone peut provoquer les symptômes de la panique chez des individus sains.  Ceci suggère que nous avons tous des capteurs de dioxyde de carbone et que le dioxyde de carbone peut être responsable des crises de panique.  Les personnes vulnérables aux attaques de panique peuvent avoir des capteurs de dioxyde de carbone plus sensibles. J’explique cela dans ma méthode « Halte aux crises d’angoisse ».

On sait depuis un certain temps que même les plus petites augmentations de la concentration de dioxyde de carbone peuvent déclencher une crise de panique chez les personnes sujettes à l’anxiété.  Cela a mené à la théorie de « fausse alarme de suffocation ».  Les augmentations du dioxyde de carbone déclencheraient les capteurs de dioxyde de carbone hypersensibles, qui feraient savoir à l’organisme qu’il se noie, causant la peur et la panique.  Le capteur de dioxyde de carbone pourrait avoir évolué pour avertir de mort imminente les individus respirant de l’oxygène.

Dans une autre étude, les chercheurs du Centre Universitaire de l’Anxiété de l’Université de Maastricht aux Pays-Bas, ont vérifié si ce système d’alarme de détection du dioxyde de carbone existe chez tous les individus.  Ils ont utilisé 64 volontaires sains âgés de 18 à 65 ans.  Toute personne ayant des antécédents de crises de panique a été exclue.  Les expériences ont été menées dans une étude dite en double aveugle, ce qui signifie que le chercheur et le patient de la recherche ne connaissaient pas le but de l’expérience afin d’éviter tout effet placébo, c’est-à-dire « psychologique ».  Lorsque des quantités croissantes de dioxyde de carbone ont été administrées, les symptômes de panique ont augmenté.  Les bénévoles ont commencé à se sentir effrayés, pris de panique et de peur.  Certains pensaient qu’ils perdaient contact avec la réalité, perdaient le contrôle et devenaient fou.  Fait intéressant, les symptômes d’anxiété étaient plus aigus chez les personnes plus jeunes (18 – 31 ans) que dans le groupe des plus âgés (38 – 62 ans).

Les patients souffrant d’asthme, de maladie pulmonaire chronique et d’emphysème souffrent davantage de dépression et d’anxiété que le reste de la population (Médecine Respiratoire 2006, Journal de l’asthme 2007).  Cela peut s’expliquer par une plus grande accumulation de dioxyde de carbone dans leur sang, parce que souvent ces patients ont des difficultés à respirer et à assimiler suffisamment d’oxygène.  Les conclusions de cette étude peuvent mener à de nouveaux traitements pour ces personnes et d’autres atteintes de troubles de panique et d’anxiété.  Il sera désormais possible de provoquer l’anxiété et les crises de panique en laboratoire.  Grâce à cela, il sera plus facile d’examiner et de tester les nouveaux médicaments pour l’anxiété en milieu contrôlé.

Cette recherche ajoute également un nouveau problème de santé mentale lié à l’élévation des niveaux de dioxyde de carbone et causé par le réchauffement climatique.

Pour visiter le site web de mon livre « Halte aux crises d’angoisse », cliquez ici.

.

oui-je-veux-sauver-mon-couple