Les Benzodiazépines, sevrage et attaques de panique !

La question de la dépendance aux benzodiazépines est étudiée depuis de nombreuses armées mais cette dépendance apparaît de plus en plus inquiétante. Les symptômes du sevrage sont : anxiété, tremblements, confusion mentale, insomnie, troubles de la perception, crises d’épilepsie, problèmes gastro-intestinaux et autres symptômes somatiques. Ces symptômes sont parfois difficiles à distinguer de ceux des maladies d’origine.

Il est important de noter que des symptômes de sevrage peuvent survenir avec les benzodiazépines à la suite de la prise de doses thérapeutiques pendant une courte période.

Les effets de sevrage se manifestent généralement peu de temps après l’arrêt d’une benzodiazépine à demi-vie courte. Les symptômes peuvent durer de plusieurs semaines à plusieurs mois. Aucune donnée épidémiologique disponible ne permet de conclure qu’un type de benzodiazépine soit davantage responsable qu’un autre de l’apparition d’une dépendance ou de symptômes de sevrage.

On recommande les limitations suivantes dans l’usage des benzodiazépines comme anxiolytiques. Les benzodiazépines sont indiquées pour soulager à court terme (pas plus de deux à quatre semaines) une anxiété sévère, handicapante ou qui soumet l’individu à une souffrance inacceptable, survenant seule ou associée à l’insomnie ou à une maladie psychosomatique organique ou psychotique à court terme. L’usage des benzodiazépines pour traiter à court terme une anxiété « légère » est inapproprié et contre-indiqué.

On recommande les limitations suivantes dans l’usage des benzodiazépines comme hypnotiques (somnifères). Les benzodiazépines ne doivent être utilisées pour traiter l’insomnie que si celle-ci est sévère, handicapante ou si elle soumet l’individu à une souffrance inacceptable.

On recommande les limitations suivantes dans l’usage des benzodiazépines dans leur dosage. La dose à utiliser est la plus petite dose capable de contrôler les symptômes. Elle ne doit pas être prolongée au-delà de quatre semaines. L’usage chronique à long terme est déconseillé. Le traitement doit toujours être interrompu progressivement. Il peut être nécessaire de prévoir une plus longue période de réduction des doses pour les patients qui ont longtemps pris des benzodiazépines. Lorsqu’une benzodiazépine est utilisée comme hypnotique, le traitement doit être si possible intermittent.

oui-je-veux-sauver-mon-couple