Les symptômes et le syndrome de dépersonnalisation

Prenez une personne souffrant de phobie comme les crises de panque, extirpez-la de son foyer bien sécurisant, enlevez-lui les points de repère grâce auxquels elle balise son existence, et vous risquez de la déstabiliser tout à fait. Un départ en vacances, un déménagement, une mutation ou, pire encore, un divorce, un décès plongent l’agoraphobe dans un monde hostile et inconnu. Cette personne est alors pris d’une étrange sensation de dépersonnalisation : elle se sent brutalement comme détaché, coupé du monde. Son propre corps lui paraît lointain, étranger, comme celui d’un autre. La voilà même qui, parfois, se sent comme à l’extérieur d’elle-même, désincarnée.

Il arrive aussi parfois que ce soit plutôt comme si le monde alentour subissait une sorte de brouillage, comme si sa propre tête n’était plus qu’une boule de coton (on parle alors de déréalisation). Mais rassurez-vous immédiatement : ces sensations étranges de dépersonnalisation, généralement très paniquantes pour qui les vit, n’ont rien à voir avec la folie véritable. Elles n’ont aucun caractère de gravité. Ce sont d’ailleurs ces mêmes sensations qui sont recherchées, souhaitées, par ceux qui pratiquent certaines formes de méditation ou certaines techniques de relaxation. Elles ne sont donc pas, a priori, angoissantes. Mais, pour l’agoraphobe, toute sensation qui sort de l’ordinaire est redoutée car interprétée comme le signe qu’il est en train de perdre son contrôle sur lui-même, chose tout à fait insupportable à ses yeux… Cette sensation de dépersonnalisation, qui dure habituellement de quelques secondes à quelques minutes, qui passe toute seule sans qu’il y ait rien à y faire, déclenche donc le plus souvent un grand mouvement de panique. « Voilà, c’était donc vrai, je perds effectivement l’esprit », se dit notre agoraphobe. Mais c’est en fait la panique, et non la dépersonnalisation, qui est à l’origine de ses malheurs. 40% des agoraphobes seront un jour ou l’autre victimes d’un épisode de dépersonnalisation.

oui-je-veux-sauver-mon-couple