Sevrage au café et crise d’angoisse, dépression, maux de tête

Le problème survient lorsque, pendant le sevrage, toute la caféine stockée dans le corps est libérée dans le sang, causant de fait une sorte d’intoxication à la caféine. Les maux de tête qui peuvent en résulter sont particulièrement sévères, au point que l’on utilise les personnes dépendantes de la caféine pour tester l’efficacité des médicaments contre le mal de tête. Dans le cas le plus courant, le mal de tête s’atténue dès que l’on prend du thé ou du café, même en faible quantité, mais on ne peut pas en dire autant de la dépression qui accompagne fréquemment le sevrage au café. Certaines personnes se sentent abattues pendant plusieurs jours. Après un sevrage complet, il arrive parfois que la dépression dure des mois. Un traitement homéopathique de la dépendance à la caféine peut se révéler utile. Souvent, un grain de café ou quelques gouttes de thé sous la langue suffisent à soulager des symptômes légers. Ces informations n’ont pas pour but de vous décourager de débarrasser votre organisme d’une partie de la caféine qui s’y est accumulée ; bien au contraire, vos intestins, vos reins et votre système nerveux vous en remercieront. Il s’agit seulement de vous aider à comprendre que certaines boissons que nous absorbons quotidiennement sont aussi des drogues puissantes, et que certaines personnes éprouveront donc des symptômes de sevrage. Si vous avez la malchance d’en faire partie, réduisez votre consommation très progressivement. Par exemple, mélangez à votre café habituel du café décaféiné, et augmentez la proportion de ce dernier jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que le décaféiné. Choisissez une marque où la décaféination est obtenue par un procédé non chimique. Vous pouvez aussi choisir de boire de petites quantités de café filtre léger, de façon à absorber moins de café sous forme solide.

oui-je-veux-sauver-mon-couple