Sevrage aux benzodiazépines (Lexomil, Xanax, Témesta, Valium, Rivotril) et somnifères : ce que vous devez absolument savoir + un témoignage vidéo édifiant

Vous devez savoir que toute substance calmante qui agit sur le système nerveux et qui réduit artificiellement le taux d’adrénaline peut provoquer des crises d’angoisse. Parmi ces substances, on retrouve les médicaments, mais également l’alcool, ou les drogues. Réduire artificiellement le taux d’adrénaline revient à boucher la soupape d’une cocotte-minute. Le sevrage, c’est-à-dire l’arrêt de la prise de cette substance revient à ôter brutalement le couvercle de la cocotte-minute. J’explique cela dans ma méthode « Halte aux crises d’angoisse ». De façon imagée cela signifie que quelque chose va vous éclater à la figure. En effet, les poussées d’adrénaline incontrôlées et trop subites qui sont à l’origine de vos crises d’angoisse seront alors terriblement fortes. C’est la raison pour laquelle l’arrêt de la prise de médicaments contre vos crises de panique peut s’avérer un véritable cauchemar dans lequel vous pouvez retomber et vivre des symptômes pires que ceux que vous vouliez arrêter. C’est pour cela que la prise de médicaments pour traiter les crises de panique est un véritable engrenage vicieux duquel vous risquait de ne jamais sortir, car chaque tentative de sortie peut vous faire vivre une situation pire que celle contre laquelle les médicaments avaient été prescrits.

De plus les tranquillisants peuvent également avant sevrage (c’est-à-dire pendant la période durant laquelle ils sont pris) avoir pour effet secondaire des crises de panique. Certains patients mis sous somnifères et n’ayant jamais vécu de crises de panique auparavant ont en effet rapporté avoir soudainement été pris d’une crise d’angoisse. On constate le même risque pour les personnes qui prennent des somnifères pour lutter contre des problèmes d’insomnie. Là encore certains patients ont rapporté avoir subi des crises de panique suite à la prise de somnifères alors qu’il n’en avait jamais soufferts auparavant. En effet ces substances qui font partie de la famille des benzodiazépines, peuvent produire des symptômes d’anxiété en début de traitement, et cela même chez des personnes n’ayant subi aucun symptôme anxieux auparavant. Cela s’appelle en terme médical, la réaction paradoxale. De même le sevrage, c’est-à-dire l’arrêt de la prise de médicaments peut provoquer des niveaux d’anxiété jusqu’à six fois supérieurs à ce qu’ils étaient avant la prise de la substance. Il faut savoir que des études ont été faites à ce sujet afin de constater qu’il ne s’agissait pas d’effet placebo, c’est-à-dire d’effet « psychologique ». Dans ces études, on cachait au patient le fait qu’on lui administrait ou qu’on arrêtait de lui administrer ces substances afin de d’éviter ce fameux effet placebo. Un effet placebo ça peut être le fait que le patient se dise : « j’ai oublié de prendre mon comprimé de Valium, j’ai peur car je sens que je vais souffrir ».

Le pire est que tous ces médicaments provoquent un phénomène d’accoutumance. Cela signifie que le corps finit par en demander davantage pour aboutir aux mêmes effets. Si on continue à travailler à doses constantes, le corps va donc réagir comme en période de sevrage, c’est-à-dire d’arrêt de prise de ces médicaments. Cela peut expliquer qu’après un certain temps, malgré la prise de ces substances, vous recommencez à faire des crises d’angoisse.

Attention, si vous prenez ce type de substance, vous ne devez jamais les arrêter subitement sans avis médical. Il y a néanmoins moyen de s’en sortir avec un arrêt progressif.

Voici les principales molécules et les principaux médicaments de la famille des benzodiazépines utilisées pour soigner les crises d’angoisse : lorazépam, témazépam, diazépam, chlordiazépoxide, oxazépam, nitrazépam, Lexomil, Xanax, Témesta, Valium, Rivotril, pour ne citer que les principaux…

Pour visiter le site web de mon livre « Halte aux crises d’angoisse », cliquez ici.

Cette information n’est pas destinée à remplacer les conseils d’un médecin. Nous déclinons toute responsabilité pour les décisions que vous prenez sur la base de ces informations.

Voici une vidéo intéressante qui vous apprendra plus sur les dangers de ces substances.

oui-je-veux-sauver-mon-couple